L’avenir est au bac brun. Pas vraiment.

2018-06-27T12:27:53+00:00 4 juillet 2017|

La politique Québécoise sur la gestion des matières résiduelles impose le bannissement, d’ici 2020, de l’élimination des matières organiques et leur valorisation par compostage ou biométhanisation. Comme expert en biométhanisation, il faut toujours être à l’affût de ce qui se passe dans le monde de la collecte des matières organiques, car les décisions prises à cet effet impactent directement le dimensionnement et le choix des équipements de procédés à venir. Évidemment lorsqu’on se penche sur la collecte des matières organiques, au Québec, les choix semblent se limiter au bac brun 120 litres, 240 litres et 360 litres…À vrai dire, il existe des alternatives au bac brun.

Depuis des dizaines d’années Optibag et Spiral-trans offrent des systèmes de collecte des matières organiques en sac. Les citoyens déposent leurs différentes matières résiduelles (organiques, recyclage, déchets) dans des sacs de différentes couleurs qu’ils placent dans un seul bac levé par un seul camion de façon hebdomadaire. Les sacs sont amenés à un centre de tri (Optibag ou Spiral-trans) pour être séparés et valorisés. Ces systèmes sont très efficaces car il diminue les frais de collecte (moins de camions).

Par contre, le talon d’Achille de ces technologies est que tous les déchets sont déposés dans des sacs. Les matières en vrac sont proscrites car elles causent des problèmes mécaniques au centre de tri. De plus, la valeur ajoutée économique de ces technologies s’effondre si toutes les matières ne sont pas collectées d’un seul coup.

Au Québec, nous avons de la difficulté à considérer ces technologies car la collecte du recyclage en vrac dans le bac bleu est déjà bien établie et appréciée.

Ces technologies ont été considérées pour faire la collecte de l’organique dans un sac pendant la collecte des déchets (bac noir ou vert). Mais, comme mentionné précédemment, ces technologies sont allergiques au vrac, et la collecte des déchets en contient des tonnes.

N’y a-t-il donc pas une alternative efficace au bac brun?

La solution au bac brun: robot intelligent pour trier les déchets

Heureusement oui, de nouvelles technologies telles la robotisation et l’intelligence artificielle viennent révolutionner la gestion des matières résiduelles. Elles permettent maintenant de faire un tri robotisé des déchets, offrant ainsi une alternative intéressante au bac brun.

En avril dernier, Waste Robotics, un fleuron Québécois, concluait avec Organix Solutions  une vente de ses robots intelligents de tri des matières résiduelles. Ceux-ci serviront à faire l’extraction des sacs d’organiques compostables dans un flux de déchets pour la région de Minneapolis.

Le système de collecte des matières organiques en sacs par l’entremise d’un flux de déchet en vrac permet d’éviter l’achat d’un bac brun ($55/porte) et la levée de ce bac brun ($50/porte-an) pour les années à venir. Les avantages socio-économiques sont considérables pour la Ville et ses citoyens.

Plusieurs villes à travers le monde préconisent la collecte des matières organiques en sacs, et ce, sans le bac brun! Voici les leaders mondiaux: Paris, Nantes, Forbach, Faulquemont, Morsbach, Barcelone, Halmstad, Linkoping, Boras, Bromolla, Elskilstuna, Sodertalje, Vanersborg, Kalmar, Ljundby, Alta, Lakselv, Skien, Mo i Rana, Oslo, Sortland, Sorkjosen, Tromso, Aremma, Oras, Jakobstad, Minneapolis et Ville de Québec!

Il existe donc une alternative simple, moderne, efficace et économique au bac brun.

Auteur : Éric Camirand, ing., Directeur technique, Waste Robotics Inc. / Voir l’article

Contactez-nous
close slider